Champions League 2018-19

CHAMPIONS LEAGUE 2018-19
 

Calendrier des tirages et des matches
 
Nom Tirage au sort Date aller Date retour Équipes participantes
Tours de qualification (2018)
Tour préliminaire 12 juin
Nyon
26 juin (demi-finales) 29 juin (finale) 4
Premier tour de qualification 19 juin
Nyon
10 et 11 juillet 17 et 18 juillet 32 (1 + 31)
Deuxième tour de qualification 24 et 25 juillet 31 juillet et 1er août 24 (16 + 8)
Troisième tour de qualification 23 juillet
Nyon
7 et 8 août 14 août 20 (12 + 8)
Tour de barrages 6 août
Nyon
21 et 22 août 28 et 29 août 12 (10 + 2)
Phase de groupes (2018)
Journées 1 et 5
Journées 2 et 6
Journées 3 et 4
30 août
Monaco
18 et 19 septembre
2 et 3 octobre
23 et 24 octobre
27 et 28 novembre
11 et 12 décembre
6 et 7 novembre
32 (6 + 26)
Phase finale (2019)
Huitièmes de finale 17 décembre 2018
Nyon
12/13 et 19/20 février 5/6 et 12/13 mars 16
Quarts de finale 15 mars
Nyon
9 et 10 avril 16 et 17 avril 8
Demi-finale 19 avril
Nyon
30 avril et 1er mai 7 et 8 mai 4
Finale samedi 1er juin à Madrid 2

 

                                                Calendrier & résultats 2018-19

26 équipes qualifiées d'office pour la phase de groupes :
FC Barcelona, Atlético Madrid, Real Madrid
(Tenant) et Valencia CF (Esp) ; FC Bayern München, FC Schalke 04, TSG Hoffenheim et Borussia  Dortmund (All) ; Manchester City, Manchester United, Tottenham Hotspur et Liverpool FC (Ang) ; FC Juventus, SSC Napoli, AS Roma et FC Internazionale (Ita) ; FC Paris St-Germain, AS Monaco et Olympique Lyonnais (Fra) ; Lokomotiv Moscou et CSKA Moscou (Rus) ; FC Porto (Por) ; Shakhtar Donetsk (Ukr) ; Club Brugge (Bel) ; Galatasaray SK (Tur) ; Viktoria Plzen (Tch) 

                                                         3e Tour de qualif

Mardi 07/08 - retour 14/08
FC Astana (Kaz) – Dinamo Zagreb (Cro) 0-2 et 0-1
FK Qarabag (Aze) – BATE Borisov (Blr) 0-1 et 1-1
Malmö FF (Suè) – MOL Vidi FC (Hon) 1-1 et 0-0 (away goals)
Slavia Prague (Tch) – Dynamo Kiev (Ukr) 1-1 et 0-2
Standard de Liège (Bel) – AFC Ajax (PBs) 2-2 et 0-3
Etoile Rouge Belgrade (Ser) – Spartak Trnava (Svq) 1-1 et 2-1 (ap.prol.)
SL Benfica (Por) – Fenerbahçe SK (Tur) 1-0 et 1-1
Mercredi 08/08 - retour 14/08
FC RB Salzburg (Aut) – KF Shkëndija (Alb) 3-0 et 1-0
PAOK Salonique (Grè) – Spartak Moscou (Rus) 3-2 et 0-0
Celtic FC (Eco) – AEK Athènes (Grè) 1-1 et 1-2


                             BARRAGES AVANT PHASE DE GROUPES

Etoile Rouge Belgrade (Ser) – RB FC Salzburg (Aut)
BATE Borisov (Blr) – PSV Eindhoven (PBs)
BSC Young Boys Bern (Sui) – Dinamo Zagreb (Cro)
MOL Vidi FC (Hon) – AEK Athènes (Grè)
SL Benfica (Por) – PAOK Salonique (Grè)
AFC Ajax (PBs) – Dynamo Kiev (Ukr)



                                                    RETRO 2017-18
26/05/18 : Finale (NSK Olimpiyski, Kiev - Ukraine)

                                                                                   LIVERPOOL FC 1 – REAL MADRID 3
COMPOS
L’POOL
: Karius ; Alexander-Arnold, Lovren, van Dijk, Robertson ; Wijnaldum, Henderson, Milner (83e Can) ; Salah (30e Lallana), Firmino, Mané. Manager : Jürgen Klopp (All)
REAL : Navas ; Carvajal (37e Nacho), Varane, Sergio Ramos, Marcelo ; Modric, Casemiro, Kroos, Isco (61e Bale) ; Benzema (89e Asensio), Cristiano Ronaldo. Coach : Zinédine Zidane (Fra)

Ce n’est pas un scoop, tous ceux qui suivent votre serviteur savent depuis longtemps que son cœur balance entre deux ballons, le rond et l’ovale. Ignorant que les dates des demi-finales du Top 14 et celle de la Champions League, coïncideraient, j’avais réservé mes places au Groupama Stadium de Lyon et l’hôtel au centre de la Capitale des Gaules depuis huit mois. De plus, même les plus fervents fans des Reds – dont je fais partie depuis 62 ans – n’avaient imaginé un instant la présence de ses favoris à la finale de Kiev.
Donc, pour conserver le suspense, j’avais insisté, dix fois plutôt qu’une, auprès de mes amis afin que personne ne me dévoilât quoi que ce fût à propos de l’évolution du match de Kiev. Et, pour une fois, ils ont tous respecté ma supplique.
A peine rentré dans mon antre huto-sartois à l’issue d’un extraordinaire week-end rugby, j’ai visionné l’enregistrement de la finale continentale tout en ne sachant rien de ce qui allait s’y passer.
Eh bien, je vous avoue que la transition entre les deux sports me fut extrêmement pénible. Passer du blanc au noir n’est pas chose aisée lorsque vous êtes encore complètement habité par la pureté de l’esprit d’ovalie.
De fait, il ne m’a fallu que 27 minutes avant d’avoir envie de gerber. J’avais prédit à tous ceux qui voulaient bien m’entendre que Liverpool n’avait aucune chance face à un Real Madrid qui peut tout se permettre en Champions League.  C’était selon moi peine perdue, les injustices feraient la différence, comme d’hab dans ce milieu mafieux.
Le déroulement du match a prouvé que je ne m’étais pas trompé. Quand une brute épaisse au passé teinté de rouge comme un sol d’arène espagnole, peut se permettre - EN TOUT IMPUNITE - de mettre le meilleur joueur/buteur d’en face hors d’état de nuire, sous les yeux de l’arbitre principal et de ses cinq acolytes, désolé les gars, il n’y a plus match. Au rugby, ladies and gents, El Seňor Ramos était dehors pour jeu déloyal. Et quand vous entendez ânonner  le consultant TV en ces termes : « Ramos commet de grosses fautes mais ça fait partie du jeu. » Et ensuite : « Excellent arbitrage de M. Mazic, ce soir » j’ai envie de lui rétorquer : « Monsieur, vous avez peut-être été un bon footballeur, mais vous feriez mieux de changer de métier ou pour le moins suivre des cours d’arbitrage. » Si je faisais partie de l’International Board, il y a longtemps que j’aurais demandé l’ajout d’une nouvelle Loi du Jeu en se sens de faire sortir l’agresseur en même temps que sa victime et voire même le suspendre jusqu’au rétablissement de l’agressé.
Excellent M. Mazic ? Tu parles. Le ref serbe a trouvé le moyen d’avertir Sadio Mané qui avait juste dérobé le cuir au même Sergio Ramos SANS LE TOUCHER. Mais le Madrilène s’étant roulé au sol en se tordant de douleur, à moins que ce ne soit de rire, c’est lui qui devait être jauni pour simulation grossière et déplacée. En rappelant qu’il aurait dû être dehors depuis la 28e. Et le con… sultant d’ajouter : « Toute l’expérience de Ramos qui a bien joué le coup » Il faut arrêter de déconner.
Je ne m’attarderai même pas sur les deux énormes boulettes de Karius. Même si pendant cinq mois, j’ai pesté contre la mise au placard de Simon Mignolet au profit de l’Allemand. Big Sim n’aurait probablement jamais glissé le ballon dans les pieds de Benzema (0-1) ni commis un faute technique sur le missile Bale (1-3) mais ne se serait=il pas incliné sur des frappes bien détournée par Karius ? Nul ne le saura jamais.
Qu’une 6e Coupe aux grandes oreilles ne termine pas ses jours dans la vitrine d’Anfield ne me traumatise même pas. Fier d’être fan des Reds, j’estime que – abstraction faite des goals de carnaval - ceux-ci  ont partagé méritoirement 1-1 avec le plus puissant club d’Europe après avoir joué à 10 (sorry Adam Lallana) pendant plus d’une heure.



Les stats du match
61.561 spectateurs
Ref : Mr. Mazic (Ser)
Buts (assists) : 51e Benzema (-) 0-1, 55e Mané (Lovren) 1-1, 64e Bale (Marcelo) 1-2, 83e Bale (Marcelo) 1-3
Jaune: 1 (1-0) Mané (L)
Man of the match : Gareth BALE (RM)
Possession: 34 % / 66 %
Tirs au but : 13 - 14
Dont cadrés : 2 - 5
Corners forcés : 5 - 9
Fautes commises : 18 - 5
Belge: Mignolet (L) sub 90’

Stats d’après-match
# Les clubs anglais ont concédé la défaite à chacune de leurs sept dernières finales européennes face à des clubs espagnols. (4 fois en Champions League et trois en UEFA Cup/Europa League).
# Jürgen Klopp a encore perdu une finale. La 6e sur 7 en qualité de manager/coach. Sa seule victoire ? En finale de la Coupe d’Allemagne à la tête du Borussia Dortmund, en 2012.
# Le Real Madrid a entamé la finale avec le même XI de base que lors de la finale de Chapions League précédente en 2016-17. C’est une première, jamais réalisée dans les différentes finales du passé, à l’exception des repalys.
# Karim Benzema a marqué quatre buts contre Liverpool en CL. Comme Didier Drogba. Mais personne n’a fait mieux.
# Liverpool est devenu la première équipe à posséder trois joueurs ayant chacun marqué au moins 10 goals au cours d’une même campagne de Champions League (Salah 10, Firmino 10, Mané 10).
# Sadio Mané est seulement le quatrième joueur africain à marquer lors d’une finale de Champions League. Le dernier en date était Didier Drogba pour Chelsea v Bayern Munich en 2012. Et les deux autres sont Samuel Eto'o pour Barcelone en 2009 comme en 2006, et Rabah Madjer pour Porto en 1987.
# Le même Sadio Mané est devenu le 3e Red à afficher 20 buts ou plus toutes compétitions cette saison, après Salah (44 goals) et Firmino (27) ; La dernière fois qu’un trio de Reds s’était distingué de la sorte remonte à la saison 1981-82 avec Dalglish, McDermott et Rush.                                                                                                             

                                                      

« J'étais venu pour voir un stade et je repars avec le souvenir de scousers très attachants et d'une ville unique et originale. Certes, son ciel a du caractère, ses docks abandonnés donnent froid dans le dos et ses Beatles réveillent la nostalgie d'une époque révolue. Mais désormais, sans oublier son passé, Liverpool fixe son regard vers le futur et sait apporter à l'homme de passage toutes les surprises et les émotions qu'il attend de chacun de ces voyages. »

Serge Gloumeaud.
Site officiel Liverpool : www.liverpoolfc.tv